EN LIBRAIRE ACTUELLEMENT














UN AUTRE
REGARD...

Communiqué de presse 2011

PREMIERS LOBBY AWARDS DE LA COMMUNICATION DES AVOCATS : MAÎTRE MAYENCE COURONNÉ PAR LES CHRONIQUEURS JUDICIAIRES

 

Finde l’année 2010, le magazine LOBBY avait lancé le baromètre de la communication politique en partenariat avec le cabinet de conseil en communication INTEREL. Les LOBBY AWARDS avaient désigné les meilleurs et les pires communicants de la classe politique selon les journalistes francophones. Tout le monde se souvient que Bart De Wever l’avait emporté devant Elio Di Rupo et Paul Magnette. 6 mois plus tard, c’est au tour des avocats (pénalistes) d’être évalués par les chroniqueurs spécialisés. Comme vient de le révéler LOBBY dans son dernier numéro, Jean-Philippe Mayence devance Pierre Chomé et Marc Uyttendaele au sommet du palmarès de la communication des avocats. Inversement, AbdelhadiAmrani, Georges-Henri Beauthier et Olivier Slusny sont considérés comme les 3 pires communicants du barreau.

Les avocats qui plaident en Cour d’Assises ne sont pas des avocats comme les autres. Non seulement, ils ont à maîtriser les matières juridiques. Mais aussi, ils doivent être performants sur le plan de la communication avec la presse. Comme l’a écrit Jean Blavier dans LOBBY, « le centre de gravité de la Justice s’est déplacé vers le camp des victimes ; dans ce contexte, les avocats ont très bien compris que la communication était devenue essentielle. » Bref, ce n’est pas par hasard si les médias parlent des « ténors du barreau ».

Panel représentatif

« Il est dès lors intéressant d’identifier ces avocats que les journalistes considèrent comme les meilleurs et les pires communicants », précise Paul Grosjean, Directeur de la Rédaction de LOBBY. D’où l’idée de ces LOBBY AWARDS de la communication des avocats ». Concrètement, la revue LOBBY a fait appel à un panel de 9 chroniqueurs francophones : André Balthazart (Sudpresse), Roland Bruneel (RTBF), Dominique Demoulin (RTL-TVI), Philippe Leruth (L’Avenir), Jean-Claude Matgen (La Libre Belgique), Marc Metdepenningen (Le Soir), Roland Planchar (Le Vif-L’Express), Gaëlle Ponselet (Agence Belga), Emmanuelle Praet (Le Soir Magazine). Ceux-ci ont eu à remplir le questionnaire conçu par le cabinet de conseil en
communication INTEREL. Ils ont dû établir leur top 3 et leur flop 3 par rapport à chacun des 5 critères retenus : la compétence, la cohérence, la réactivité, le talent médiatique, la forme. INTEREL a ainsi pu finaliser 5 classements spécifiques. L’addition de ces 5 classements spécifiques, considérés sur un pied d’égalité, a permis de fixer le classement général. Ces
classements ont été affinés et commentés lors d’une table ronde.

« And the winner is » Jean-Philippe Mayence qui précède Pierre Chomé et Marc Uyttendaele. Ensuite, viennent Marc Preumont, Xavier Magnée, Daniel Spreutels et Denis Bosquet. Dans
le fond du classement, le pire des pires communicants est Abdelhadi Amrani. Suivi dans la mauvaise communication par Georges-Henri Beauthier et Olivier Slusny. « Je suis très heureux de cette récompense, conclut Jean-Philippe Mayence, et ce d’autant qu’elle vient de journalistes qui suivent l’actualité judiciaire toutau long de l’année. Etre reconnus par ses pairs – parce que, pour moi, sur le plan de la communication, les journalistes sont mes pairs -, cela fait toujourstrès plaisir. » Quand on vous dit que Maître Mayence est le champion de la communication …